Suivez PlantCatching sur feedly

Retour sur le Partage végétal du rendez-vous horticole au Jardin botanique

Publié le 30 mai 2014 • Comments:

Dimanche 25 mai 2014 a eu lieu ce grand partage végétal organisé par PlantCatching et le Jardin botanique, animé par moi-même, Nicolas Cadilhac, créateur de PlantCatching et Albert Mondor, grand horticulteur québécois. Mais avant de revenir sur l’événement lui-même, j’aimerais vous raconter comment cette activité a pu voir le jour.

Partage végétal

Les pièces se mettent en place

Comme vous le savez, cela fait 2 ans que je m’efforce de faire connaitre PlantCatching auprès de tous les acteurs de l’horticulture et de l’agriculture urbaine. Dans cette démarche, j’ai eu le privilège d’être invité à présenter mon projet lors de grands rassemblements comme l’école d’été en AU de Montréal en 2012 et la fête des semences de Québec en 2013. Mais je me sentais un peu frustré, deux ans après le lancement de la plateforme sur le web, que le lien entre le Jardin botanique (et les amis du jardin) d’une part et PlantCatching d’autre part n’existe toujours pas alors qu’il s’agit d’une tellement grande et belle entité dans ma propre ville. Voyant le célèbre rendez-vous horticole arriver, j’ai donc décidé, il y a 2 mois de cela, d’appeler Dominique Proulx, organisatrice de l’événement pour lui soumettre une idée bien impertinente: impliquer PlantCatching, d’une façon ou d’une autre, lors de ces 3 jours.

Lorsque Dominique m’a rappelé, elle m’a de suite mentionné qu’elle avait une idée derrière la tête depuis un moment. Elle voulait organiser un échange de vivaces mais ne savait pas encore comment le concrétiser. Voyez-vous le beau "timing" et le coup de chance? À partir de là, après quelques jours de réflexion, l’affaire était entendue. J’allais organiser, en marge de ce célébrissime événement montréalais, une rencontre de jardiniers dans le but de partager des végétaux amenés par tous les participants pour l’occasion.

Facile à dire, pas facile à faire

Il me fallait maintenant proposer à l’équipe du Jardin botanique les grandes lignes du fonctionnement de cette activité. J’ai d’abord eu peur de devoir concevoir quelque chose de très complexe. Fallait-il que ce soit un typique échange? Devais-je mettre sur pied un algorithme permettant de contenter tout le monde et des règles pour limiter le nombre de plantes récoltées en fonction du nombre de plantes amenées, et ce pour chaque jardinier, etc? La tête me tournait et j’ai presque failli dire à Dominique que le défi était trop grand. Puis j’ai réalisé qu’on était dans le contexte de PlantCatching après tout! Pas dans un classique échange horticole. Dans ces conditions, les participants ne venaient plus pour échanger mais tout simplement pour donner. Les règles tout d’un coup s’effaçaient et il devenait possible d’imaginer un déroulement beaucoup plus libre.

Malgré cela, il m’a quand même fallu coder de nouvelles pages et fonctionnalités sur le site web. Un participant devait pouvoir enregistrer ses plantes pour l’événement et tout le monde devait pouvoir consulter la liste actualisée des plantes apportées. Ajoutez à cela les pages et différents textes pour la promotion.

Dominique glissa un jour dans la conversation que je pourrai avoir à ma disposition un animateur horticole du Jardin pour renseigner les gens sur les plantes. Vous connaissez maintenant mes liens avec Albert Mondor et je n’ai pas hésité une seconde à lui proposer ses services pour l’occasion. Elle a tout de suite accepté, et lui aussi.

Albert Mondor donne beaucoup de conférences et d’ateliers. Il a l’habitude d’offrir des prix de présence (ce que j’appelle moi plutôt un tirage au sort) à la fin de ses speechs. C’est donc tout naturellement qu’il m’a proposé d’amener de belles plantes pour un tirage final (Dominique ajoutant à cela des entrées gratuites au Jardin botanique). Et puisqu’il remaniait son jardin, il allait aussi en partager avec les jardiniers présents. C’est à partir de ces faits que le système des tickets d’entrée m’est venu à l’esprit. Un ticket par personne me permettait de comptabiliser les inscrits, les plantes qu’ils allaient apporter et devenait le papier à mettre dans le chapeau pour ce fameux tirage. Pour dynamiser un peu le processus, seuls les tickets de ceux ayant donné au moins une plante seraient pris en compte, ce détail devant motiver tout le monde à apporter des plantes de qualité.

Quelques règles quand même

Si ce partage végétal devait un jour devenir une sorte de marque déposée, avec une méthode bien précise, voici ce qu’il faudrait retenir:

  • Un participant doit posséder un compte sur PlantCatching afin d’y préinscrire chaque plante apportée. La préinscription n’est finalement que l’utilisation du formulaire de partage habituel où on coche en plus une petite case indiquant que le partage est spécifique à l’événement en question.
  • Cela permet de générer une liste publique de tous les végétaux qui seront disponibles le jour J. Chacun peut s’y référer pour faire monter l’excitation ;)
  • Quelques heures avant l’événement, l’organisateur imprime tous les tickets nominatifs. Chacun d’eux peut comporter les plantes apportées. Note à moi-même: prendre des tickets vierges afin d’accepter des jardiniers qui ne se seraient pas préinscrit.
  • Bien que facultatif, il est bon d’organiser un tirage au sort. Cela ajoute un côté ludique et un petit plaisir supplémentaire. Qui n’aime pas gagner quelque chose d’imprévu?

Montée de stress

Cinq jours avant l’événement, je stresse. Il n’y a que 8 personnes qui ont préinscrit des plantes. J’en fais part à Dominique mais l’organisation du rendez-vous horticole l’accapare et je sens que je dois me débrouiller par moi-même. Il est donc temps de communiquer le plus possible sur plusieurs de mes réseaux. J’envoie bien des courriels et publie quelques messages sur facebook. Jasmine m’écrit un beau billet de soutien sur son blog. Albert le mentionne durant le rendez-vous horticole.

Petit à petit, les inscriptions s’ajoutent les unes aux autres. Nous avons 20 personnes 2 jours avant. Lorsque je reviens de St-Elie-de-Caxton et de son Bazar végétal le samedi soir, je m’apprête à imprimer les tickets d’entrée de 30 participants. Le jour de l’événement, je vérifie fébrilement le compte et 2 se sont ajoutés pendant la nuit. Ouf, le partage peut commencer. Je suis très soulagé.

Des soutiens inattendus

Le vendredi, date de début du rendez-vous horticole, était pour moi une journée prévue longtemps à l’avance pour aller acheter des plantes à la multitude de producteurs présents. J’ai toute une plate-bande à refaire et une voisine m’a demandé de lui en concevoir une. Je voudrais ici tirer mon chapeau au producteur Philippe Levesque (Les Jardins de Balmoral). C’est lui qui a bénéficié de ma plus grosse commande car d’une part il répondait à tous mes courriels dans les 24h et il a d’autre part un catalogue de superbes vivaces. Mais quand je suis allé le voir, outre le fait de découvrir la personne fort sympathique qui se cachait derrière nos communications, je suis reparti avec 6 plantes qu’il souhaitait ajouter aux prix de présence du Partage végétal.

Énergisé par cette bonté, je suis allé voir Nicolas Ste-Marie, que j’avais déjà rencontré, sur le stand des Urbainculteurs. Tout en discutant de l’espoir de voir un jour son organisme devenir bambou de PlantCatching, il m’a lui aussi fourni des smart pots pour le tirage au sort. Vous voyez donc comme moi qu’il y a un potentiel pour sponsoriser le Partage végétal.

Puis j’avais reçu une invitation pour la remise du prix Henry Teuscher à Albert Mondor, fait qui couronne sa carrière et ses contributions au monde horticole. Très beau et émouvant moment. Le tout est suivi de boissons et de petits fours. Je rencontre Geneviève Rioux qui, avec Albert, a bercé mes débuts enthousiastes au jardin dans l’émission Le tour du jardin sur la chaîne Historia. Elle aime PlantCatching. Puis, ma femme et moi nous effaçons pour laisser tous ces gens qui se connaissent depuis longtemps partager ce bon moment.

Et maintenant, partageons!

Dimanche matin, il est 8h30. J’arrive en avance sur la place Marie-Victorin afin de me préparer tranquillement. Avec mon t-shirt PlantCatching, il se peut même que j’attire le regard des curieux. Une petite tente blanche a été montée pour moi. Des tables pliantes m’attendent. J’installe tout ça en prenant mon temps, pose mes présentoirs de prospectus et déroule ma petite banderole, celle qui me suit partout lorsque je présente mon projet à gauche à droite. Quelques personnes arrivent en avance et vont se promener en attendant le début de l’événement. Dominique m’accueille et me présente le contremaître du Jardin qui tient à voir de ses yeux cet événement.

9h30, les participants arrivent les uns après les autres. Je suis agréablement surpris de voir tous les âges, des jeunes aux aînés. "Salut", "Bonjour", "Installe tes plantes sur la table", "Marie-Josée? Ah oui, je sais que tu es dans les tickets". Le rythme s’accélère. Je donne quelques instructions à plusieurs personnes à la fois qui s’interrogent sur le déroulement réel du partage. Les plantes s’accumulent. Les bancs de pierre sont réquisitionnés pour supporter la charge de matériel végétal. C’est l’opulence. Dominique est tout sourire. Tout le monde l’est d’ailleurs. Le ciel est bleu et la température juste celle qu’il faut. Albert, tout en bleu et en tablier, l’air d’une vedette, va et vient, à l’aise, au milieu des participants et des visiteurs du rendez-vous horticole. Toute cette petite ruche s’affaire. « On commence quand ? » est la question qui revient le plus. Deux ou trois personnes commencent des échanges sauvages que je tente de réfréner. L’excitation joyeuse est palpable. Je demande à chacun de m’aider à recevoir les nouveaux arrivants car je ne sais plus où donner de la tête.

10h00, je monte sur le banc de pierre et prend la parole de ma voix qui porte si peu au milieu de l’agitation. J’énonce quelques règles. Elles pourraient se résumer à "Soyez libres, partagez, dialoguez et faites-vous plaisir". Et c’est parti. À part les tickets à étamper lorsqu’une personne a donné sa première plante, je n’ai plus grand-chose à faire. Je regarde tout sourire toutes ces petites fourmis jardinières s’affairer avec excitation et joie. Elles demandent qui donne telle plante pour remercier ou poser des questions. Elles essayent d’attirer l’attention sur leurs offres. Elles tournent autour des tables pour ne rien manquer de ce qui se donne. Des retardataires essayent de s’intégrer à cette masse joyeuse. Albert, très demandé, y va de ses conseils horticoles et vante les mérites de telle ou telle vivace. Il s’amuse, ça se voit. Moi aussi d’ailleurs. Je me détends et prends quelques photos. Je sais que le défi est gagné.

11h00 et il est temps de mettre un terme au partage car de toute façon les tables sont vides! Je récupère donc les tickets étampés (pas difficile, ils le sont tous) et les place dans une boite. Je propose à Albert de faire le tirage au sort. Il n’y a pas mieux que lui pour animer une telle activité. Il a le contact facile et y va de ses mots gentils et de ses petites blagues. "Ah ah, Monsieur se tourne vers sa femme pour être sûr que le prix qu’il choisit est le bon !! Voilà comment ça fonctionne dans le couple". Par un coup du sort extraordinaire, le nombre de prix correspond au nombre exact de participants. Tout le monde sera reparti avec une plante de plus, des micorhyzes et autres engrais ou des entrées gratuites au Jardin.

Les jardiniers applaudissent, ce qui marque la fin du Partage végétal. Certains viennent discuter avec moi du succès de l’événement. Un peu plus tard, Albert vient me féliciter et me souhaite la bienvenue dans le monde de l’horticulture car, pour lui, et bien qu’ayant déjà travaillé pour lui, j’ai réussi aujourd’hui mon rite de passage. Il m’avoue aussi n’avoir jamais été témoin d’un partage sous cette forme et pense qu’il devrait être reproduit n’importe où dans le monde sous la bannière PlantCatching.

Il est temps de ranger. Je plie les tables et ferme la petite tente. Un peu grisé, je déambule dans l’allée du rendez-vous horticole. Je parle un peu du Partage à Michel Corbeil, de la pépinière du même nom. Il me dit que lui aussi pourrait donner des plantes pour les prix de présence. Très bonne nouvelle. J’appelle ma femme et mes enfants. Je rentre.

Débriefing

Dominique Proulx et moi nous rencontrerons au retour de son congé bien mérité, la semaine prochaine. J’espère qu’il en ressortira une volonté claire d’organiser à nouveau le Partage végétal au sein du Jardin botanique. À ce propos, j’aimerais avoir votre feedback sur cette belle journée et surtout ce que vous aimeriez voir amélioré. Il y a toujours quelque chose à faire un peu mieux, alors n’ayez pas peur de le dire. Si vous le pouvez, utilisez les commentaires ci-dessous pour que cette conversation soit publique. Si toutefois vous vous sentez plus à l’aise en privé, envoyez-moi un message. Je rapporterai tout cela à Dominique, donc ne tardez pas.

Comme me l’a dit Albert, je me demande si PlantCatching ne pourrait pas être utilisé pour organiser ce genre de partage, que ce soit au Québec, en France ou en Australie. Des pages de soutien pourraient être mises en place pour qu’un organisateur, où qu’il soit dans le monde, puisse le faire avec facilité. Qu’en pensez-vous?

Pour finir, je voudrais résumer le sentiment des participants en publiant ici un message reçu peu après dimanche dernier:

Je t'écris pour te féliciter pour l'événement. Quel succès! Je me suis sentie gâtée et privilégiée de participer à ce premier événement d'échange. Je suis repartie les bras plein, avec un prix de présence et des tonnes de conseils de jardinage. Les participants étaient si sympathiques et généreux, c'était merveilleux! Bravo!

Certaines des photos ont été prises par une participante, Ann Boisvert. Merci Ann!

comments powered by Disqus